Un tricothé, qu’est ce que c’est ?  3


Quoi ?

Les tricothés ne sont pas un cours de tricot. C’est tout simplement un rendez-vous entre tricoteuses pour partager et échanger autour d’une activité commune alors que dans le quotidien, ces personnes ne se seraient probablement jamais croisées.
Les rendez-vous peuvent être planifiés selon un rythme précis, proposés selon la demande ou même complètement spontanés.
On s’y fait rapidement des tricopines puis des copines et parfois même des amies. On échange alors bien plus que des histoires de laine et derniers modèles tendances.

Qui ?

Toutes les tricoteuses peuvent y participer.
Les débutantes y trouveront des réponses à leurs questions pour lesquelles Google ne sait même pas répondre, les plus aguerries seront heureuses de partager leurs savoirs et ne seront pas avares de conseils.
C’est là tout l’avantage du tricothé, chacun vient avec son ouvrage, quel qu’il soit.

Où ?

N’importe où : lieu publique, bar, salon de thé, boutiques de laines, restaurants, chez une tricoteuse, dans un parc… Cela dit, trouver un lieu peut être assez compliqué car la tricoteuse s’installe avec ses tricopines est reste assez longtemps et ne consomme pas assez au goût des cafetiers ou restaurateurs. Attention donc.

Pour moi, un tricothé se doit d’être gratuit ou alors que le prix couvre les frais d’une boisson et éventuellement d’un gâteau (tout dépend du prix). Sans ça, l’esprit du tricothé n’y est pas à mon sens et autant aller à un cours de tricot.
Je tiens à préciser ce point car, vu l’engouement pour le tricot au cours des derniers mois, ça ne m’étonnerait pas que quelqu’un tente d’en faire un business (et ça, ça serait vraiment moche).

Et si on habite dans un trou paumé ou en dehors de la France ?

Alors là, tout ce que je peux te souhaiter c’est d’avoir une connexion internet qui tient à peu près la route pour pouvoir participer aux tricothés virtuels organisés sur le groupe Ravelry « Pour l’avenir du fil des des podcasts« .
C’est assez impressionnant au début et puis après, on y prend goût !

Pourquoi on appelle ça un tricothé ? 

Parce que les clichés ont la vie dure ma p’tite dame ! L’image de la mamie qui tricote sous son plaid avec un thé fumant à côté d’elle est une image persistante du tricot. Même si en hiver c’est assez vrai et que les tricoteuses reconnaissent aimer le pisse-mémé. 

 

Pourquoi j’aime les tricothés

J’ai connu mon premier tricothé le dernier samedi d’Août 2015 à la Cabane Tricothé situé à Cambrai.
J’adore l’atmosphère qui se dégage de cet endroit et l’hospitalité de Cécile. C’est toujours un grand moment de détente pour moi d’y aller. Retrouver les copines, flâner au milieu de toutes ces laines tout en buvant une grande tasse de thé ou un verre de jus de fruits frais (ça dépend de la saison, tu l’auras compris…). Le seul bémol que je mettrai c’est que la Cabane Tricothé se situe bien loin de Lille (70km environ). Impossible pour moi d’y faire un saut à la moindre envie. Du moins, dans mon emploi du temps réglé comme du papier à musique (ah ah ah…), environ 2 heures de trajet aller-retour ça se planifie.
Malheureusement, à cause du temps de trajet, c’est souvent compliqué pour moi de m’y rendre (mon âme est triste mais mon portefeuille est plutôt heureux… soyons honnête, le choix proposé par Cécile est irrésistible – et ce mot est bien choisi, croyez-moi !).

C’est pourquoi, avec Dudette, un jeudi après-midi, la veille ou alors une semaine avant les attentats, nous avions testé un lieu qui pourrir accueillir un tricothé sur Lille, dans un endroit plutôt sympathique dans son genre (et qu’on garde sous le coude, don’t worry !). Nous avions trouvé une date, tout était planifié mais, ce lieu étant publique, nous étions mitigées sur le fait de maintenir ou non l’événement. Du coup, j’ai demandé à ma moitié si on pouvait le faire à l’appart.
Début décembre 2015, j’ai donc accueilli chez moi 12 tricoteuses qui, pour la grande majorité, étaient juste des pseudos Instagram. En cette période douloureuse, j’ai compris la sincérité et l’importance de se retrouver entre nous.

Depuis un an est demi maintenant, j’ai pu tisser des liens avec certaines tricoteuses. J’ai même été convié au mariage de l’une d’elle et ça, ce n’est pas rien.

Dès que je peux participer à un tricothé, je m’y précipite. On va pas se mentir, mes disponibilités sont un peu compliquées à gérer mais je fais vraiment mon maximum pour m’y rendre.
Il m’est même arrivé d’aller jusque Liège pour rejoindre les tricopines belges et je ne vous raconte même pas l’organisation de la chose (big up les filles ! vous me manquez !).

Le 12 novembre, j’ai eu l’occasion d’aller à un tricothé organisé à Lille par Caroline (quel beau prénom !) de la boutique La Chat qui Pelote. C’était un chouette rendez-vous avec plein de nouvelles têtes. C’était assez troublant de ne connaître personne et de ne pas pouvoir associer un visage à un pseudo Instagram. Mais j’y retournerai !

Le week-end du 3 décembre je serai peut-être au tricothé de La Cabane Tricothé (à confirmer).
Le samedi 10 décembre après-midi, je rejoins Lainamourée chez Wools And Co, la chouette boutique de Lydie (mais peut-être que je ferai un vlog. Ca vous dit ?)

heypaulette_tricothe

 

signature


Laisser un commentaire

3 commentaires sur “Un tricothé, qu’est ce que c’est ? 

  • cecile baurens

    Très chouette article sur les tricothés…ce sont de sortie moments formidables et effectivement gratuité et entière liberté doivent être de mise sinon cela pourriture le contexte ! Pour ma part je suis avec deux autres tricopines à l’origine (2011) du tricothé « knitting à strasbourg » qui fonctionne super bien avec deux réunions par mois.( si certaines sont intéressées !)
    Lainement votre ! Cecile